Histoire d'archidiocèse Fianarantsoa

Affichages : 613

 

La foi Catholique est arrivée à Fianarantsoa en 1871, avec le Père Marc Finaz, un prêtre jésuite français, de la province de Toulouse. Ce pionnier, aidé par quelques laïcs engagés, entre autres Pierre Ratsimba, entreprenait chaleureusement l’annonce de la Bonne Nouvelle de Jésus Christ chez les Betsileo. Il ressort que le nombre de fidèles catholiques n’a pas cessé d’augmenter jusque dans les régions environnantes. En janvier 1896 Fianarantsoa fait encore partie du Vicariat Apostolique du centre de Madagascar.

 

 

Charle Marc Givelet

C’est pourquoi, en 1901, le pionnier a demandé le concours de ses confrères pour renforcer et élargir davantage le champ de travail d’évangélisation. Plus tard, l’organisation pastorale et territoriale était progressivement mise en place jusqu’à ériger le vicariat apostolique de Fianarantsoa en 1913, sous la responsabilité du premier évêque, en la personne du Mgr Charles Rémi Givelet.

Gilber RamanantoaninaXavier Thoyer

En 1936, Mgr Xavier Thoyer a pris la relève. Ce vicariat est devenu un diocèse autonome en 1955 et érigé en archidiocèse en 1958. Ce premier archevêque a joué à fond son rôle de pasteur. Il a eu un souci particulier de promouvoir la culture locale et le clergé autochtone jusqu’à passer les pleins pouvoirs à Mgr Gilbert Ramanantoanina, premier archevêque malgache à la tête de l’archidiocèse.

Ce dernier a fixés ses priorités pastorales en cinq points à savoir l’observance du Jour du Seigneur (fidélité à la foi reçue), l’apostolat des laïcs (comité de Fiangonana), promotion de l’enseignement catholique (écoles catholiques) la famille chrétienne, et l’animation vocationnelle (les prières pour les vocations).

Philibert Randriambololona

En 1993, son successeur, Mgr Philbert Randriambololona, ancien évêque d’Antsirabe, a occupé le poste vacant depuis deux ans. Ce dernier a continué les directives pastorales déjà tracées par ses prédécesseurs, tout en mettant sa touche personnelle. Il avait le projet d’installer une congrégation religieuse, surtout la branche féminine, dans chaque district missionnaire de son diocèse.

 

 

Fulgence 1

 Card. Armand Razafindratandra, Mgr Fulgence Rabemahafaly et Mgr Philibert Randriambololona

Fulgence 2

En 2002, Mgr Fulgence Rabemahafaly a été nommé à la tête de l’archidiocèse après avoir dirigé pendant trois ans le nouveau diocèse d’Ambositra. Ce jeune évêque a axé sa pastorale sur l’importance de la formation permanente des Prêtre et des agents pastoraux, l’instauration des cinq commissions relatives à la foi, l’éducation, le développement, les activités sociales et économiques, et la communication. Ce sont des structures adoptées pour la bonne marche du projet pastoral. De plus, il a aussi le souci particulier de la conservation de l’environnement (reboisement intensif) et de la promotion de l’éducation des jeunes et des enfants.

 

 

P. Jean Louis Ramanandraibe